Etude intéressente sur « La résilience des terrains de camping face aux risques d’érosion côtière, d’inondation et de submersion » car le changement climatique requiert une prise en compte renforcée des risques naturels. 

Le succès de l’hôtellerie de plein air tient le plus souvent à l’implantation des terrains dans des espaces naturels attractifs, parmi lesquels les zones littorales sont parmi les plus prisées : 1 camping sur 3 y est en effet situé, mais plus de 50 % de la fréquentation touristique y est réalisée. Si ces campings bénéficient de tous les avantages de la proximité de la mer ou de cours d’eau, ces terrains se trouvent également exposés aux phénomènes spécifiques liés, dans ces espaces naturels, au changement climatique : érosion côtière, inondations, voire submersions. Au total, sur les 8 125 campings français, on estime aà2 000 le nombre de campings particulièrement exposés à ces risques naturels.

La montée en gamme et en qualité de l’hôtellerie de plein air, plébiscitée par le public, et la multiplication des modes d’hébergement locatifs (type mobile-homes, bungalows) pose également de nouveaux types de questionnements face à ces phénomènes.

suite dans ce doc: Etude d’Eric Daniel-Lacombe sur la résilience des campings

Source http://fnhpa-pro.fr/presse-2/


Laisser un commentaire